top of page

LA COMPAGNIE POPULO

 "La poésie est la vérité prophétique de l’existence et faire du théâtre c’est se mettre à l’écoute du monde pour en être la résonance. » (Laurent Terzieff)

Ancre 2
LES AVEUGLES
au Théâtre du Soleil- La Cartoucherie

Populo c'est quoi?

Poésie

"Populo" servait à l'époque pour désigner péjorativement le peuple. On employait aussi ce terme pour désigner une grande foule de personnes, ou pour nommer les enfants.

La Compagnie Populo c’est une grande famille qui mêle des artistes de 23 à 42 ans venant des quatre coins de France. Elle s’inscrit dans un théâtre pluridisciplinaire explorant la marionnette mais aussi le chant et la danse pour travailler sur un thème qui lui est cher et commun à toutes ses création : la déshumanisation. Fondée en 2021 à La Ciotat, elle cherche avant tout à raconter et évoquer les grands sujets d’oeuvres classiques tout en les rendant accessibles à un public le plus large possible. "La poésie est la vérité prophétique de l’existence et faire du théâtre c’est se mettre à l’écoute du monde pour en être la résonance. » (Laurent Terzieff).

 

Par ce biais, La Compagnie Populo a pour volonté de replacer le théâtre dans sa nécessité sociale en amenant le spectateur à une réflexion sur soi et sur le monde qui l’entoure car la révolte et l’art seront toujours intimement liés.

Pluridisciplinaire

Théâtre

Révolte

Danse

Chant

Social

Marionnettes

L'art pour tous

Mots clra

Clara Koskas, Directrice artistique

Le théâtre est de mon point de vue l'art total pouvant allier tous les domaines. C'est l'endroit sacré des portes paroles des "voix tues et oubliées", des pensées qui traversent les siècles. 

Le théâtre est art social en ce sens que le public y vient pour se sortir de lui-même.

Il a charge de "représenter les mouvements de l'âme, de l'esprit, du monde, de l'histoire " comme le dit Mnouchkine. Un spectacle n'est pas un objet figé dans le temps, il évolue en fonction de chaque public. Chaque représentation est un dialogue (presque inconscient) entre spectateurs, acteurs et l’œuvre elle-même.

En tant qu'artistes, notre responsabilité est immense, nous bouleversons dans le sens de bouger les consciences collectives. L'acteur est un porte parole de messages, 

Je cherche à cultiver mon travail à travers ce qui m'entoure pour en puiser des questionnements et des réponses sur l'universalité de ce qui nous constitue en tant qu'être humains.

 

Toute ma recherche et mon travail interfèrent sans cesse avec les théâtres traditionnels, les rituels de différentes cultures. Ce qui me passionne c'est de voir autant de différences qui ont toutes à s'apporter et quand à travers un geste, une émotion, une manière de réagir face à une situation on arrive à voir l'essence même de ce qui nous relie tous en tant qu'être humains. "Plus que jamais, je sens que la race humaine est une. Au-delà des différences de couleur, de langue, de culture et de possibilités, les sentiments et les réactions de chacun sont identiques. Les gens fuient les guerres pour échapper à la mort ; ils émigrent pour améliorer leur sort ; ils se forgent de nouvelles existences dans des pays étrangers : ils s'adaptent aux pires situations" (Sebastiao Salgado).

 L'homme pourtant s'éloigne de ses frères et soeurs et plus le temps passe plus sa volonté d'individualisme se renforce, et prend parfois des tournures inhumaines comme le racisme , le fascisme...

Quand on demande à au photographe Sebastiao Salgado qu'est-ce qu'un portrait, il répond que c'est porter une attention à l'autre. Pour moi c'est aussi une définition du théâtre. Le théâtre est une nécessité , il devient politique par la manière de ce qu'on en fait. 

Cette course effrénée dans laquelle vit l'homme, qui agit comme un tsunami sur le monde entier à l'exception de certains territoires, plonge notre espèce dans des paroxysmes inimaginables d'inhumanité. C'est ce que j'appelle la déshumanisation et qui s'exprime de différentes manières: être sous le joug d'une puissance, la montée fulgurante de la robotisation, l'enferment de soi et j'en passe. Dans les années 60, on pose à Robert Oppenheimer, le père la bombe atomique, cette question "L'homme ayant trouvé maintenant quelque chose de tellement grave que c'est à l'échelle planétaire que le danger est couru, il faut que ce soit aussi à l'échelle planétaire que les hommes se réunissent ?" Il répondra: " Je le crois bien, oui". 

Ce n'est qu'en se fédérant que nous arrivons à sauver ce qui peut être encore sauvé, en s'intéressant à l'autre plus que jamais que nous trouverons les clés pour combattre. 

"Vous ne pouvez pas accomplir des changements fondamentaux sans une certaine dose de folie. Dans ce cas précis, cela vient de l’anticonformisme, du courage de tourner le dos aux vieilles formules, du courage d’inventer le futur. Il a fallu les fous d’hier pour que nous soyons capables d’agir avec une extrême clarté aujourd’hui. Je veux être un de ces fous. Nous devons inventer le futur." (Thomas Sankara, Discours sur la dette)

Crédit photo : Émilie Bouyssou
bottom of page